Acheter une queue de sirène / Guide

C’est une obligation, quelque chose que l’on fait tous et toutes lorsque la passion des sirènes nous gagnes. Impossible d’y échapper ! On se met forcément à rêver d’un costume de sirène pour pouvoir nager comme un poisson et rejouer à notre manière « La petite sirène ». Se pose alors une question universelle :

Comment choisir sa nageoire de sirène ?

DES BONS CONSEILS N’ONT PAS DE PRIX !

Ayant dû passer par là moi aussi, j’ai décidé regroupé ici toutes les informations que j’avais eu l’occasion d’apprendre, soit par expérience soit par curiosité dans l’espoir que cela puisse vous aider à choisir en fonction de vos goûts et de vos besoins. En effet il existe de multiples matières avec lesquelles créer des queues de sirènes. Le silicone, le latex, les sequins ou encore le néoprène, mais ce sont les nageoires en tissu qui sont de loin les plus répandues et les plus abordables sur le marché. Dans cet article je parlerais donc essentiellement de celles-ci avec dans un premier temps : les queues de sirène en tissu. Dans un deuxième temps : les monopalmes. Dans un troisième temps, il sera question : des costumes « haut de gamme ». Et enfin, une conclusion viendra résumer l’ensemble de l’article.

Bonne lecture à vous ! 🙂


Les queues de sirène en tissus


Qu’est-ce qu’une queue de sirène en tissus ?

Très répandu sur le marché, un costume de sirène se composera toujours d’un « tube », puis d’une partie plus large pour former la queue et glisser la monopalme. Facile d’utilisation et confortable, il est possible d’en trouver à partir de 20 euros. En revanche si vous désirez quelque chose de résistant et de bonne qualité, je vous conseille de mettre entre 60 et 100 euros dedans.

ATTENTION : certaines nageoires sur Internet sont vendu sans la monopalme, hors sachez qu’il est impossible et même dangereux de nager sans.

Très modelable, vous trouverez à coup sûr votre bonheur car il est possible d’en choisir aussi bien la forme que la couleur même si généralement les nageoires en tissu restent assez basiques. Et si vous hésitez entre deux tailles, il faut favoriser la taille la plus petite car le tissu étant élastique il se détendra obligatoirement à force d’utilisation.

Qui utilise des queues de sirène ?

Un costume en tissu c’est très léger, ce qui assure confort et bien-être même pour ceux qui ne serait pas très à l’aise dans l’eau. Même ma mère a pu l’utiliser alors qu’elle a généralement très peur de l’eau. La matière élastique du tissu (comme un maillot de bain finalement) permet encore une fois le confort et d’ailleurs, contrairement aux idées reçues, il est possible d’en trouver dans toutes les tailles. J’ai donc envie de dire : tout le monde ! Une queue de sirène en tissu convient aussi bien aux enfants qu’aux adultes, homme ou femme, qui ont envie de vivre un rêve. Parce que oui, faire la sirène ou le Triton c’est un rêve.

Quelques inconvénients :

Il est important de bien choisir la taille car un costume trop grand risquerait de glisser et un costume trop petit de s’abîmer facilement. C’est encore plus vrai si vous choisissez une queue de sirène de premier prix. Me concernant, mon premier costume était deux tailles trop petites suite à une erreur de ma part et je rentrais tout de même dedans. Le tissu était en revanche très tendu, donc plus fragile et transparent, il s’est de ce fait abîmé dès la quatrième utilisation et à se transformer en « peluche » au niveau des fesses.

Comment choisir une queue de sirène ? Les critères à prendre en compte :

Comme dit plus haut, plusieurs critères sont importants pour bien choisir sa queue de sirène.

  • La taille  Il faut s’assurer que le costume n’est ni trop grand ni trop petit pour éviter tout inconvénient et être à l’aise. Sachez également qu’un costume de sirène en tissu se détendra forcément un peu avec le temps, donc si vous êtes entre deux tailles, favorisez la taille la plus petite.
  • Le prix  Il est important de savoir ce que  vous voulez et de bien choisir votre costume en conséquence. Pour un enfant par exemple, une queue de sirène à petit prix pourrait convenir car en plus de trouver des costumes complets facilement (nageoire + monopalme + maillot), les enfants auront tendance à moins prendre soin des choses et surtout à grandir plus vite. Pour quelque chose de résistant et de qualité, préférez plutôt une gamme de prix plus élevée (60 à 100 euros).
  • L’apparence  Eh oui ! On n’en a pas encore parlé, mais le plus important pour choisir une queue de sirène c’est d’en choisir une qui te plaît. Amusez-vous donc, aussi bien dans la forme que dans la couleur. Tout est permis ! Aussi bien le classique, que l’arc-en-ciel, que le style « robot ». A-MU-SEZ-VOUS !

Les monopalmes


Les différents types de monopalmes :

Pour rappel : Il est impossible et même dangereux de nager dans un costume de sirènes sans une monopalme !

Il faut d’abord savoir qu’il en existe de plusieurs tailles et dans de nombreuses matières. La moins puissante est sans doute celle qui est le plus souvent vendu avec les queues de sirène. Il s’agit d’une monopalme avec un simple socle en plastique et recouvert d’une « chaussette » en néoprène. Ce type de monopalme est très (vraiment très) confortable puisqu’il ne compresse pas le pied et s’enfile et se retire comme une chaussette.

Il existe ensuite des « vrai » monopalme dont le prix peut varier entre 20 euros pour un produit de type « jouet » et jusqu’à 300 euros pour un produit de professionnel. Dans l’ordre, on retrouve donc la monopalme en plastique (souvent avec des sangles), celle en fibre de verre et enfin la plus résistante et la plus efficace (et donc la plus onéreuse) celle en carbone.

Les bienfaits de la monopalme sur votre corps :

Il est évident que pratiquer la nage avec monopalme quatre fois dans l’année ne suffit pas pour en voir les bienfaits, mais pour tous les autres sachez que la nage avec monopalme est une arme redoutable pour le gainage ! Et pas que. La nage avec monopalme permet de faire travailler de nombreux muscles et tout particulièrement le milieu et le bas du corps qui va se muscler et s’affiner progressivement. Cela permettrait aussi d’améliorer sa circulation sanguine et de lutter contre la cellulite. Mincir en étant une sirène ! Que demander de plus ?

Quelques inconvénients :

Tout dépendra du type de monopalme que vous choisissez. Une monopalme courte ou en socle (socle de plastique recouvert d’un tissu en néoprène)vous apportera moins de puissance de nage, il sera donc préférable de les utiliser en piscine. Il convient également de faire attention à la taille car comme une chaussure, il est évident que quelque chose de trop petit vous fera mal au pied. Certains modèles, comme ceux à sangles, peuvent aussi se révéler moins confortable sur la durée et donc vous gêner dans votre nage.

Enfin, je dirais que les moins à l’aise dans l’eau peuvent se sentir « pris au piège » par le fait de ne pas pouvoir bouger les deux pieds à leur guise. Il est donc important d’être prudent et de se faire accompagner si tel est le cas et de ne pas laisser les enfants sans surveillance.

Comment choisir une monopalme ? Les critères à prendre en compte :

  • La taille  Là encore, bien choisir la taille de sa monopalme est très important pour s’assurer une nage facile et confortable. Que ce soit en piscine ou en mer, avoir une palme qui vous serre trop ou, au contraire pas assez, peut se révéler au mieux inconfortable, au pire dangereux.
  • Le prix Cela dépendra votre niveau et de vos besoins. Pour nager en mer, privilégier une monopalme de qualité. Une palme courte aura moins de puissance, méfiez-vous donc des courants.
  • L’apparence On n’en a pas parlé, mais oui, les monopalmes aussi peuvent avoir différentes formes, tailles et couleurs. Rien ne vous empêche, une fois que vous avez choisi le type de palme qui vous conviendra le mieux, de vous décider par rapport à la couleur. Si vous ne désirez pas de costume en tissu, mais juste une monopalme, sachez qu’il en existe de très belle en « forme et en couleur » de queue de sirène.

Les costumes haut de gamme


Qu’est-ce qu’une queue de sirène haut de gamme ?

Plus onéreux et moins facile à trouver, les costumes haut de gamme se construisent de la même manière que les queues en tissu avec un « tube » et un socle pour y glisser une fois encore une monopalme (pas toujours). Bien souvent, il vous faudra vous rendre chez des vendeurs spécialisés, mais pour les passionnés cela en vaut le coup.

Il existe donc trois types de costumes « haut de gamme » et ceux qui se rapprochent le plus des costumes en tissu sont ceux en néoprène. Il s’agit d’un bon compris entre la queue de sirène en tissu basique et quelque chose de plus professionnel. Leur prix gravite autour des 300 euros il me semble (sans la monopalme), mais ils présentent autant de qualités que les queues de sirène en tissu.

Les costumes en sequins, ensuite, se composent de deux couches de tissu. La première en néoprène et la deuxième en sequins Ils sont donc légers et confortables, mais avec un côté brillance et « Princesse des mers » supplémentaire. C’est si beau ! Si brillant ! Si sirène ! Je sais d’ailleurs que la sirène professionnelle Hannah Fraser n’utilise presque que ça.

Et pour finir sur une belle touche de rêve, il est le costume le plus beau, le plus réaliste, le plus splendide… J’ai nommé : le costume en silicone ! Cette matière à la particularité de permettre la création de reliefs qui va vous donner l’impression d’avoir une vraie queue de sirène aussi bien au toucher que visuellement. C’est ces nageoires-là que vous voyez au cinéma et comme les queues en tissu, il est possible de les customiser à vos goûts aussi bien dans la couleur que dans la forme ou les détails.

Qui utilise des queues de sirène haut de gamme ?

À cause du prix, c’est essentiellement des sirènes et Tritons professionnelles qui en utilisent. En effet, inutile de vous ruiner si vous ne souhaitez que nager que dans votre piscine. Et néanmoins, pour les plus passionnés d’entre vous (et les plus à l’aise financièrement ahah), sachez que rien ne vous empêche de t’en procurer.

Quelques inconvénients :

  • Le néoprène  Avec ce genre de queue de sirène, le plus gros point noir réside surtout dans le fait que les couleurs ont du mal à accrocher le tissu. Ils auront donc tendance à se délaver avec le temps. Ils demandent également une petite pratique, car ces costumes ont la fâcheuse tendance à se remplir d’air et te fera donc remonter à la surface. Ce n’est pas très pratique quand le but est justement de rester sous l’eau.
  • Les sequins Le costume coûte très cher, puisque c’est des milliers de sequins (environ 30 milles) qu’il faut coudre une par une sur le costume. Néanmoins le plus problématique reste l’entretient, car c’est un costume qui en demande après chaque utilisation. En effet, les sequins tombent et il est important de les remplacer pour conserver une belle queue de sirène. D’ailleurs, le saviez-vous ? Les aquariums interdisent ces queues de sirènes durant leurs spectacles car les poissons mangent les sequins.
  • Le silicone  Et enfin, la palme d’or de la queue de sirène la plus cher, revient à la queue de sirène en silicone. Il faudrait débourser entre 1500 et 5000 euros pour en avoir une à soi et c’est pourquoi la plupart du temps ce sont des costumes réservés aux professionnels ou aux très grands passionnés. Ces prix s’expliquent par le fait que la matière coûte déjà très cher, mais surtout par le fait que fabriquer une queue en silicone demande énormément de temps et de travail aussi bien dans le moulage que dans la colorisation ou les finitions (jusqu’à 2 ans d’attente chez un fabricant). Le rendu, vous l’avez compris, est le plus beau que vous pourrez avoir, mais cela s’accompagne néanmoins de quelques points négatifs en plus du prix. Et pour commencer, sachez qu’une queue de sirène en silicone est très lourde même une fois dans l’eau, il est donc nécessaire d’avoir de la pratique pour en utiliser une. Elle est également difficile à manier et encore plus difficile à enfiler. Fait sur mesure et donc très serrer, les sirènes et tritons professionnels expliquent souvent qu’il faut une bonne vingtaine de minute pour réussir à les mettre.

Conclusion


Je range personnellement les queues de sirène haut de gamme dans la catégorie des « rêves impossibles » ou peut-être bien dans celle du « à faire quand je serais milliardaire » ! Heureusement pour la grande rêveuse que je suis, les costumes en tissu font parfaitement l’affaire pour peu qu’on sache bien les choisir. Faites-vous plaisir ! Il est impossible que vous ne trouvez pas votre bonheur tant il existe de formes et de couleurs différentes ! Les plus manuels pourront même essayer d’en fabriquer aussi bien en tissu, qu’en silicone ou qu’en sequin ou en néoprène. Si c’est le cas d’ailleurs, n’hésitez pas à mettre une photo de votre création en commentaire, parce que j’aimerais beaucoup voir de quoi vous êtes capables.

Pour aller plus loin

Si vous êtes, tout comme moi, passionné par les sirènes je ne peux que vous conseiller les autres différents guides que j’ai réalisé.

Laisser un commentaire